mercredi, juillet 15, 2020

Actuellement en cours de réalisation : Lesdiguières le Docufiction

La bible du film (4)

samedi, 07 décembre 2019 16:49

Marie de Médicis

Écrit par

Marie de medicis

 Marie de Médicis, née le 26 avril 1573 à Florence, décédée le 3 juillet 1642 à Cologne, Reine de France de 1600 à 1610, reine-mère jusqu’à sa mort en 1642.

Marie est la sixième enfant de François Ier de Médicis (1541-1587), grand-duc de Toscane, et de Jeanne (1548-1578), archiduchesse d’Autriche.

Reine de France

Le mariage de Henri IV avec Marie de Médicis répondait avant tout pour le roi de France à des préoccupations dynastiques et financières. En effet, les Médicis, banquiers créanciers du roi de France, promettent une dot d’un montant total de 600 000 écus d’or, ce qui donna à la reine le surnom de "la grosse banquière".

Elle épouse le roi Henri IV le 16 décembre 1600 à Lyon. Interprète de ballets, collectionneuse, son mécénat artistique contribue à développer les arts en France. Proche des artistes de sa Florence natale, elle fut formée au dessin par Jacopo Ligozzi.

Marie de Médicis est rapidement enceinte et met au monde le dauphin Louis le 27 septembre 1601 au grand contentement du roi et du royaume qui attendent la naissance d’un dauphin depuis plus de quarante ans. Marie continue son rôle d’épouse et donne à son mari 6 enfants.

Marie de Médicis ne s’entend pas toujours avec Henri IV. D’un tempérament très jaloux, elle ne supporte pas les aventures féminines de son mari, et les nombreuses indélicatesses de ce dernier à son égard. En effet, il l’oblige à côtoyer ses maîtresses, et lui refuse souvent l’argent nécessaire pour régler toutes les dépenses qu’elle entend réaliser pour manifester à tous son rang royal. Des scènes de ménage ont lieu entre les deux époux, suivies de périodes de paix relative. Marie de Médicis tient beaucoup à se faire couronner officiellement reine de France, mais Henri IV, pour diverses raisons, politiques notamment, repousse la cérémonie. Il faut attendre le 13 mai 1610 pour que la reine soit couronnée en la Basilique Saint-Denis de Saint-Denis et fasse son entrée officielle dans Paris. Le lendemain, le roi est assassiné.

La régente

Lorsque Henri IV meurt le 14 mai 1610, Marie de Médicis assure la régence au nom de son fils, Louis XIII, âgé de seulement 9 ans, beaucoup trop jeune pour régner par lui-même. Marie s’implique dans les affaires politiques de la France. Mais régente, en position de faiblesse à l’égard de la noblesse du royaume et des voisins européens, elle n’a d’autre choix que de rompre avec la politique de Henri IV, de reconquête de la puissance française, en faisant la paix avec l’Espagne. En 1615, ce rapprochement se concrétise par un double mariage franco-espagnol. Sa fille, Elisabeth, épouse l’infant Philippe IV d’Espagne et son fils, le roi Louis XIII, épouse Anne, infante d’Espagne.

La politique de la reine provoque néanmoins des mécontentements. D’une part, les protestants s’inquiètent du rapprochement de Marie avec Sa Majesté Très Catholique, le roi d’Espagne, Philippe III. D’autre part, Marie de Médicis, tente de renforcer le pouvoir monarchique, à l’aide d’hommes comme Concino Concini, ce qui déplaît profondément à une certaine partie de la noblesse française. Profitant de la faiblesse causée par la régence, des nobles de grandes familles avec le prince de Condé à leur tête, se révoltent contre Marie de Médicis pour obtenir eux aussi des compensations financières. 

Par ailleurs, la reine et le roi son fils s’entendent mal. Se sentant humilié par la conduite de sa mère, Louis XIII organise un coup d’état en faisant assassiner Concino Concini. Prenant le pouvoir, il exile la reine-mère au château de Blois.

Le retour politique et culturel

En 1619, la reine s’échappe de sa prison et provoque un soulèvement contre le roi son fils ("guerre de la mère et du fils"). Un premier traité, le traité d’Angoulême, négocié par Richelieu, apaise le conflit. Mais la reine-mère n’étant pas satisfaite, relance la guerre en ralliant à sa cause les Grands du royaume ("deuxième guerre de la mère et du fils"). La coalition nobiliaire est rapidement défaite à la bataille des Ponts-de-Cé par le roi, qui pardonne à sa mère et aux princes.

Conscient qu’il ne peut éviter la formation de complots tant que Marie de Médicis reste en exil, le roi accepte son retour à la cour. Elle revint alors à Paris, où elle s’attache à la construction de son Palais du Luxembourg. À la mort de Charles d’Albert, duc de Luynes en 1622, elle effectue peu à peu son retour politique. Richelieu joue un rôle important dans sa réconciliation avec le roi. Il parvient même à faire revenir la reine-mère au Conseil du roi.

A cette époque, Marie de Médicis joue un rôle de mécène très important dans la vie parisienne en commandant de nombreuses peintures, notamment à Guido Reni et surtout à Rubens qu’elle fait venir d’Anvers pour l’exécution d’une galerie de peintures consacrée à sa vie. De nos jours, il subsiste 22 tableaux qui sont conservés au Louvre.

La chute et l’exil

Marie de Médicis continue à fréquenter le Conseil du roi en suivant les conseils de Richelieu qu’elle a introduit auprès du roi comme ministre. Quand elle prend conscience de la puissance acquise par Richelieu, elle rompt avec le cardinal et cherche par tous les moyens à l’évincer. Ne comprenant toujours pas la personnalité du roi son fils et croyant encore qu’il lui sera facile d’exiger la disgrâce de Richelieu, elle tente d’obtenir le renvoi du ministre. Mais après la fameuse Journée des Dupes, le 12 novembre 1630, le Cardinal reste le principal ministre et Marie de Médicis est contrainte de se réconcilier avec lui.

Elle décide finalement de se retirer de la cour. Le roi la jugeant trop intrigante, parvient à la faire partir au château de Compiègne. De là, elle réussit à s’enfuir à Bruxelles en 1631, où elle compte plaider sa cause. Réfugiée auprès des ennemis de la France, Marie est privée de son statut de reine de France et donc, de ses pensions.

Pendant plusieurs années, elle voyage auprès des cours européennes, en Angleterre puis en Allemagne, sans jamais pouvoir rentrer en France. Réfugiée dans la maison natale de Pierre-Paul Rubens, elle meurt en 1642, quelques mois avant Richelieu.

samedi, 07 décembre 2019 16:36

Henry IV

Écrit par

Henry IV

Henri IV

La jeunesse d’Henri

Le plus populaire, le plus truculent aussi des souverains français, le jeune Henri, reçoit une éducation insolite pour un futur monarque. 

Fils d’Antoine de Bourbon et de Jeanne d’Albret, il est confié à Madame de Miossens, qui possède un domaine campagnard. Il s’ébat avec les petits villageois, il court la campagne en leur compagnie, partage leurs jeux, leur nourriture frugale, ne se distinguant nullement par son habillement. 

A partir de 1560, nommé lieutenant général du royaume de France à la faveur de l’avènement de Charles IX, son père le fait venir à Paris. Henri charme aussitôt la cour du Louvre par sa spontanéité et ses reparties. Le collège de Navarre l’accueille et lui prodigue une éducation qui est alors celle des nobles de l’époque. 

Mais la mort d’Antoine de Bourbon, en 1562 au siège de Rouen, incite sa veuve Jeanne d’Albret à regagner ses États, acquis à la Réforme et dont elle partage les convictions. Ainsi Henri de Navarre devient calviniste, situation qui lui barrera un moment la route du trône, ce trône auquel il peut prétendre à la mort du duc d’Anjou, frère d’Henri III, lui-même sans postérité.
Jeanne d’Albret accorde d’ailleurs tous ses soins à cette probable échéance. Henri est à peine âgé de 15 ans lorsque sa mère le conduit au camp des huguenots de La Rochelle. C’est le début d’une initiation militaire qui le fait assister au combat de Jarnac, où le prince de Condé trouve la mort. L’événement hisse d’emblée le jeune Béarnais au titre nominal de chef du parti protestant sous la direction de fait de l’amiral de Coligny. 
Ses pérégrinations de jeunesse dans les collines béarnaises le rendent apte à cette guerre de « coups de main » qui caractérisent par la suite la lutte dans le Midi. Henri s’y initie à la conduite de petites unités, surgissant à l’improviste et disparaissant aussitôt, circonstances qui développent son sens tactique du combat. 
Le confirme bientôt sa participation heureuse au succès de Coligny à Arnay-le-Duc*,
événement qui incitera Catherine de Médicis à conclure la paix de Saint-Germain-en-Laye (1570).


Le gage de réconciliation est le mariage du Béarnais avec Marguerite de Valois, la « reine Margot », soeur de Charles IX, avec laquelle il ne s’entendra guère. Cette fois, après l’éducation militaire, voici celle de la Cour... plus subtile et tout aussi dangereuse, puisqu’en 1572 le décès de Jeanne d’Albret a fait d’Henri un roi de Navarre à peine âgé de vingt ans. La Saint-Barthélemy est proche et le parti des conjurés se pose la question de savoir s’il convient de laisser le jeune souverain sur la liste des condamnés. Charles IX obtient rémission à grand-peine, à condition que son beau-frère abjure. Opportuniste, Henri préfère la messe à la mort.
Cette belle humeur devant le danger, cette constance dans l’infortune caractérisent ce personnage mûri par les épreuves dès le plus jeune âge. A la science de l’homme de guerre, à son courage s’ajoutent, en effet, le flair du subtil manœuvrier, et aussi la ruse du diplomate qui cache ses meilleurs coups derrière une habituelle faconde. Elle le rend d’emblée sympathique et fait tomber réticences et préjugés chez l’interlocuteur.

Roi de Navarre

Esprit vif et observateur, Henri de Navarre sait merveilleusement s’adapter aux circonstances. Son jugement est sûr, son observation toujours réaliste et son bon sens de « paysan béarnais » lui permettent d’éviter les embûches, d’éventer les pièges et, bien souvent, de retourner en sa faveur des situations compromises. La patience fait le reste autant qu’une volonté, un entêtement solide et une claire vision du but à atteindre. 
Durant près de quatre années, Henri joue donc de ces ressources pour duper le parti extrémiste de la Cour, qui ne l’apprécie guère. Il réprime habilement en lui le ressentiment qui l’a tant fait souffrir à son arrivée à la Cour. Il cache sa résignation douloureuse au lendemain de la Saint-Barthélemy. Il fait taire ses sentiments de révolte devant les sarcasmes des courtisans autant que devant l’inconduite de la « reine Margot ». Il attend son heure. 

Elle vient un jour de février 1576, au cours d’une chasse en forêt de Senlis. Celui qui est, en fait, un « otage de la Cour » profite d’un écart dans le bois pour prendre le large. Le roi de Navarre galope vers le sud, bride abattue, atteint la Loire, se rétracte de son abjuration au passage à Tours et gagne le Poitou, terre calviniste. Là, le fugitif prend la tête de ses partisans et son emprise s’étend pratiquement jusqu’au Languedoc.
La constitution de la Ligue annule les heureux effets du traité de Beaulieu. Les hostilités reprennent en 1577, alternant avec les périodes de négociations, mais les positions sont trop tranchées de part et d’autre pour qu’un accord soit durable.
En 1580, le roi de Navarre fait tomber la place de Cahors, important bastion catholique. L’assemblée protestante de Montauban confère au Béarnais le titre de protecteur des Églises en 1581. L’année suivante, l’assemblée de Saint-Jean-d’Angély définit ses pouvoirs. 

Mais l’événement le plus important de cette époque fertile en rebondissements est sans conteste la mort du duc d’Anjou, frère d’Henri III, en juin 1584. L’absence d’héritier royal élève d’emblée le roi de Navarre au rang d’héritier de la couronne.
Cette fois, pour les catholiques, la mesure est à son comble. Fidèle reflet de la pensée de la famille de Guise, la Ligue s’émeut. L’émotion s’étend jusqu’à Madrid, où la perspective d’une France réformée incite Philippe II à promettre 50 000 écus par mois et des volontaires pour « extirper sectes et hérésies ». Devant Henri III se dresse désormais le puissant et entreprenant duc de Guise, qui se targue d’une ascendance carolingienne !
La lutte redouble de 1586 à 1589 et porte le nom de « huitième guerre civile » ou « guerre des trois Henri ».Bafoué par les Guise et les ligueurs, Henri III se rebiffe. Dagues et épées des
Quarante-cinq mettent brutalement un terme aux ambitions du Balafré. Par haine des seconds, Henri III se rapproche du roi de Navarre, suivant en cela les conseils des membres du parlement de Paris, installé à Tours. Le 30 avril 1589, près de Plessis-lez-Tours, pour la première fois depuis treize ans, le roi en titre rencontre celui qu’on appelait naguère Henriquet. L’armée du Béarnais campe de l’autre côté du Cher. Mais le roi de Navarre n’a, cette fois, nul besoin de la force pour faire triompher sa cause. Les cris des assistants suffisent à montrer que l’heure est celle de la conciliation : « Vive le roi ! », lancent certains, auxquels répondent les exclamations de « Vive le roi de Navarre ! » et, fait significatif, de « Vive les rois ! ».
Pour Henri III, le souhait ne se réalisera pas, puisque le poignard du moine Clément met bientôt un terme à son existence. Mais le monarque a eu suffisamment de lucidité et de bon sens pour sceller à Plessis-lez-Tours l’unité retrouvée du royaume. Henri de Navarre est le successeur désigné. La Ligue est moralement vaincue. Encore convient-il de confirmer cette constatation sur le terrain.

Henri IV

Pour le futur Henri IV commence dès lors la troisième partie du triptyque : prétention, confirmation, consécration. La tâche est d’autant plus difficile à réaliser qu’à l’image de Charles VII, « roi de Bourges », face aux Anglais, Henri n’est en fait que le « roi des huguenots du Sud-Ouest », même s’il est venu mettre le siège devant Paris aux côtés du défunt souverain.
Le tout-puissant Philippe II d’Espagne fournit hommes, armes et subsides à la Ligue, dirigée par le duc de Mayenne, car il caresse l’espoir de faire un jour monter sur le trône de France sa fille Isabelle, petite-fille d’Henri II par sa mère. Mais nombre de catholiques français (et le duc de Mayenne est de ceux-là) redoutent de voir une mainmise espagnole sur la France. Une réaction patriotique se devine en effet, et Henri a l’habileté de faire, le 4 août 1589 à Saint-Cloud, une déclaration aux termes de laquelle il prend l’engagement de maintenir la religion romaine dans le royaume, de se faire instruire dans cette foi, tout en maintenant les édits de ses prédécesseurs quant aux garanties accordées naguère aux réformés.
C’est là une initiative judicieuse qui révèle, si besoin était, les qualités politiques du nouveau roi de France. Mais il lui reste à devenir roi des Français. 

Et ce n’est qu’au prix d’une guerre ruineuse (contre la Ligue, le duc de Mayenne et l’Espagne) et d’un royaume désuni qu’il comprend qu’il lui faut accomplir un acte politique. Ce ne peut être autre chose qu’une abjuration solennelle. Le 25 juillet 1593, après un ultime entretien avec l’archevêque de Bourges à la basilique Saint-Denis, le roi se déclare convaincu. S’agenouillant, il jure « devant la face du Dieu tout-puissant de vivre et mourir en la religion catholique, de la protéger et défendre encore et contre tous, au péril de son sang et de sa vie, renonçant à toutes les hérésies contraires ». Si le Saint-Siège se montre au premier abord prudent, l’effet de cette abjuration est indéniable. Le sacre est célébré à Chartres le 25 février 1594. Paris ouvre ses portes le 22 mars suivant. Le tenace duc de Mayenne subit un ultime échec à Fontaine-Française, en Bourgogne, le 5 juin 1595, ce qui entraîne peu après sa soumission. L’irréductible duc de Mercœur, farouche ligueur replié en Bretagne, compose à son tour en mars 1598. Enfin, Henri IV tient les promesses de sa déclaration de Saint-Cloud, faite neuf ans auparavant, en promulguant l’édit de Nantes. Le 13 avril 1598, cet acte affirme le catholicisme religion d’État tout en conférant aux réformés des garanties élémentaires d’exercice du culte. Enfin, le 2 mai suivant, le traité de Vervins ramène la paix entre la France et l’Espagne.


La politique de réunification, prônée par Henri III, est achevée. L’unificateur béarnais se montre alors constructeur. On reconnaît toujours un grand chef ou un grand monarque à la qualité de ses commis d’État. Dans ce cas, Henri IV est un grand roi, car Sully, Olivier de Serres, Adam de Craponne, Barthélemy Laffemas, entre autres, sont autant d’avisés serviteurs. Sous leur impulsion, la France panse ses plaies, laboure, cultive, plante, travaille, préparant la réussite du Grand Siècle.

Son règne

Sous des dehors légers, frivoles, fantaisistes, dont la chronique a surtout retenu la truculence de caractère et une galanterie débordante, Henri IV se révèle donc fin politique. 

Dans un vaste pays livré durant trois décennies à l’anarchie, il manifeste d’emblée le souci d’abaisser les grands qui font passer leur intérêt personnel avant celui de l’État. Mais, en contrepartie, le roi se concilie les plus modestes serviteurs de l’État en leur accordant l’édit de la paulette, qui énonce le principe de la vénalité et l’hérédité des charges administratives.
A l’extérieur, le traité de Lyon permet, en 1601, un agrandissement du royaume entre Saône et Rhône par l’acquisition de la Bresse, du Bugey, du Valromey et du pays de Gex, amenant la fleur de lys aux portes de Genève. Des alliances sont nouées avec les petits princes italiens, la Toscane fournissant la princesse Marie de Médicis, qui deviendra la deuxième épouse du souverain et assurera la descendance de la lignée. D’autres accords sont conclus avec les protestants d’Allemagne, car l’empire des Habsbourg, autant que l’Espagne, est l’adversaire à abaisser.
Ce début de siècle voit la France prendre une dimension planétaire avec la fondation de Québec par Champlain en 1608. Et c’est sous ce règne que le royaume trouve son « Magellan », en l’occurrence le Breton Pierre Olivier Malherbe qui contourne au même moment le continent sud-américain. Atteignant les Philippines et le Sud-Est asiatique, il reçoit l’hommage du Grand Mogol puis du shah de Perse avant de remonter le long du littoral africain, revenant à Paris en 1609 pour proposer au roi d’exploiter les mines d’or et d’argent entrevues outre-mer.


Aussi, lorsque le poignard de Ravaillac frappe le « bon roi Henri », le 14 mai 1610, dans la rue de la Ferronnerie, l’acte du criminel ne peut guère modifier la situation politique du royaume, bien que la minorité de Louis XIII favorise durant une douzaine d’années encore intrigues de cour et ambitions. Mais ni le sort de la monarchie, ni l’unité du royaume ne sont menacés. L’oeuvre d’Henri IV survivra. En revanche, ce drame frappe injustement un monarque dont le trait dominant, outre la simplicité et la bonté, est le souci du bien public. Avec son glorieux panache blanc des champs de bataille, l’imagerie populaire a conservé la formule de la poule au pot du dimanche. « Si l’on ruine mon peuple, se plaît-il à rappeler à la noblesse, qui me nourrira ? Qui soutiendra les charges de l’État ? Qui paiera les redevances ? C’est lui qui nous fait tous vivre. »
Certes, tout n’est pas parfait chez le premier roi de la dynastie bourbonienne. Il n’est pas toujours reconnaissant envers ses lieutenants. Les incartades de sa vie privée coûtent cher au royaume. Mais ces excès, ces travers, qui l’empêchent d’apparaître comme le souverain parfait, ne nuisent nullement à sa gloire populaire : « Ses hautes vertus mêlées d’étranges faiblesses, dira de lui Augustin Thierry, ont fait de lui un type unique de roi à la fois aimable et imposant, profond de sens et léger de goûts, plein de grandeur d’âme et de calcul, de sympathie pour le peuple et d’orgueil de race, et toujours et avant tout patriote admirable. » Jamais le trône n’a été aussi proche de la nation.

samedi, 07 décembre 2019 16:32

Louis Videl

Écrit par

Louis Videl est né à Serres en 1598, fils de Jacob Videl. Repéré par le duc de Lesdiguières lors du siège de Verceil, en Piémont, il entra à son service en 1617, jusqu'à la mort du connétable en 1626. Amateur des plaisirs de la vie, il ne s'enrichit pas au contact du duc. Malgré la charge de travail dont il se plaignait, il eut le temps de faire paraître un roman en 1624, dans l'esprit du temps : Le Melante. Amoureuses avantures du temps. Il écrivit la première biographie de François de Bonne, duc de Lesduiguières, paru à Paris en 1638, qui sera suivi par deux autres éditions à Grenoble en 1649 et 1650.

samedi, 07 décembre 2019 14:33

François de Bonne de Lesdiguières

Écrit par

François de Bonne, né le  à Saint-Bonnet-en-Champsaur et mort le  à Valence, est un militaire français

 

Seigneur puis duc de Lesdiguières (1611), comte de Pont-de-Veyle, seigneur du Glaizilmaréchal de France, il est également le dernier connétable de France entre 1622 et 1626. Personnalité marquante de la province du Dauphiné1,2, c’est en son honneur que fut baptisé au musée du Louvre l'un des deux pavillons des guichets de Seine sous la Grande Galerie, le « pavillon de Lesdiguières », l’autre étant le « pavillon de la Trémoille ». Il existe aussi une rue de Lesdiguières à Paris, dans le quartier de l'Arsenal du 4e arrondissement actuel jouxtant la Bastille. (Source Wikipedia)

 

 

 

 

 

Bibliographie

Histoire de la vie du Connestable de Lesdiguières, écrite par son secrétaire Louis Videl, parue en 1638, soit douze ans après sa mort. Une deuxième édition complétée a paru à Grenoble en 1649.

Histoire abrégée de la vie de François de Bonne, duc de Lesdiguières, pair et dernier connétable de France, Grenoble, An X (1802).

Lesdiguières, dernier connétable de France, Lyon, 1946.Emile Escallier

Lesdiguières, prince des Alpes et connétable de France. [Grenoble], Presses Universitaires de Grenoble, 2007, in-8° (240 x 160 mm) 429 pp Stéphane Gal

Actes et correspondance du connétable de Lesdiguières, publiés sur les manuscrits originaux, par Joseph Roman et le comte Douglas, Grenoble, 3 volumes, 1878, 1881 et 1884

Histoire généalogique des familles, de Bonne, de Crequy, de Blanchefort, d'Agout, de Vesc, de Montlor, de Maubec et de Montauban, Grenoble, 1672.

Dernières années de Marie Vignon, veuve du connétable de Lesdiguières., Grenoble, 1893.

Références : BnF

Les Partenaires

Log in or Sign up